Publié par Gilles LEPERLIER

 

etudiants.jpgLe conseil d’administration de l’Université de La Réunion qui a eu lieu le jeudi 6 mai 2010 a permis de mettre fin à une injustice qui régnait depuis plus de 30 ans à La Réunion.

 

Ce jeudi 6 mai 2010 restera à jamais graver dans l’histoire de l’Université de La Réunion. C’est en effet à cette date que les administrateurs de l’université ont adopté l’ouverture de l’UFR Santé. L'UNEF, le synidcat étudiant majoritaire, se félicite de cette victoire qui faisait parti du projet du syndicat depuis plusieurs années.Les étudiants de notre île pourront donc dès la rentrée prochaine poursuivre leur deuxième année de médecine localement ainsi que leurs études de pharmacie.

La première année de médecine (PCEM1) s’était ouverte à La Réunion en 1976 et jusqu’à présent les étudiants devaient poursuivre leurs études à Bordeaux. C’est donc une avancée considérable pour les étudiants réunionnais mais plus largement pour tous les étudiants de la zone qui pourront plus facilement accéder aux études de santé.

 

Cette UFR Santé marque également le préalable à la création d’un centre hospitalier universitaire (CHU) à La Réunion. Cette année le « numerus clausus » passera de 70 à 100 places et à terme ce numerus clausus pourra être défini directement dans notre île où le besoin en personnel de santé est beaucoup plus important qu’en France métropolitaine.

 

Malgré le besoin local et dans la zone, c’est une UFR Santé sans moyen financier et humain qui s’ouvre. Une fois de plus, au-delà des beaux discours politiciens, l’Université de La Réunion devra bricoler avec les moyens existants pour faire perdurer et développer son UFR Santé. Espérons que d’ici là, nos élus auront avancé sur la mise en place du CHU.

 

Commenter cet article