Publié par AJFER - Nou Lé Kapab

Hier avant l’ouverture de la conférence de coopération régionale, des Réunionnais ont manifesté pour faire respecter le droit à l’emploi des Réunionnais à La Réunion. Ils ont reçu le soutien de plusieurs élus, notamment Paul Vergès et Roland Robert.


3a-img_9685.jpg

 

Des manifestants se sont réunis hier matin devant les portes du Créolia à Saint-Denis, à l’appel de l’AJFER-Nou Lé Kapab, pour dénoncer la nomination de Claudine Ledoux, nouvelle ambassadrice de la coopération régionale dans l’océan Indien.


3b-img_9668.jpg

 

Parmi les manifestants présents, la Commission Femmes du PCR, qui a réitéré son indignation face à la nomination de Claudine Ledoux. Cette décision « constitue surtout un mépris vis-à-vis des Réunionnaises et des Réunionnais », ont-elles déclaré.


3c-img_9644.jpg

 

Lors de cette manifestation, le président de l’AJFER-Nou Lé Kapab, Gilles Leperlier, a expliqué qu’« il y avait un Réunionnais disponible sur ce poste, compétent et capable, qui connaissait les enjeux économiques, sociaux et politiques de la zone océan Indien. Mais malgré tout, on a préféré prendre une personne de l’extérieure qui ne connaît pas les enjeux de l’océan Indien ».

 

Durant deux heures, les manifestants ont appelé à la nomination d’un ou d’une nouvelle ambassadrice à la coopération régionale dans l’océan Indien, mais surtout à la priorité à l’embauche des Réunionnais. « Aujourd’hui, on est plus d’une vingtaine de personnes à se mobiliser ce matin. C’est une mobilisation faite à la suite d’un appel lancé lundi soir et on voit que c’est une réussite parce que c’est une mobilisation symbolique », a expliqué le jeune homme.


Il a indiqué que le contexte actuel « ne facilite pas la mobilisation », en raison des « difficultés quotidiennes de chacun. Du coup le temps de la mobilisation arrive toujours après, mais il est important pour nous. Parce qu’on est là aussi pour ça, mener la lutte pour celles et ceux qui n’ont pas la possibilité de venir le faire ». « Il est important pour nous à chaque fois de mener la lutte comme ce matin. Pour nous, c’est une réussite », a conclu Gilles Leperlier.

 

Témoignages - 17 octobre 2013 

Commenter cet article

Philippe 17/10/2013 14:59


Bonjour,


Je suis toujours attentif à vos écrits que je partage souvent. Mais avec celui-ci, j'ai du mal. Cette dame est-elle responsable de sa nomination?


C'est du côté de J M Ayrault qu'il faut regarder. Souhaitons qu'elle fasse du bon travail et qu'elle écoute l'AFJER et gardons nos forces pour d'autres combats tels que la pauvreté, les
retraites, la vie chère. Dans ces dossiers, Hollande et le PS nous a bien eu.


 

AJFER - Nou Lé Kapab 18/10/2013 12:57



Bonjour, 


 


Nous vous remercions pour votre message. 


 


Pour nous, il n'est jamais question de la personne mais de sa position, son statut et/ou sa fonction. 


 


Il est dommage pour Mme Ledoux, que ce soit elle, qui subisse les conséquences d'une décision gouvernementale injuste et
injustifée. 


 


Elle n'est certes pas responsable de sa nomination, mais par sa position, elle aurait pu adresser un mot aux manifestants et échanger avec
nous, afin que ce ne soit pas une affaire personnelle, mais une question de principe.  


 


Le gouvernement, par son mutisme, ne l'a pas soutenu, ni aidé dans cette histoire. François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Victorin Lurel
sont directement responsables de cette situation. L'égalité ne peut être donnée aux uns et omise aux autres. Cette nomination sous-tend une vision très négative des autorités vis à vis des
réunionnais. 


 


D'autant plus, que siégeant à Paris, il sera trés difficile pour ce nouvel ambassadeur de prendre en compte les intértêts des réunionnais
dans la zone Océan Indien. D'ailleurs, l'histoire des relations internationales de La Réunion ainsi que ses spécificités culturelles, économiques, environnementales, politiques et sociales ne
peuvent être parfaitement connues à partir de Paris.  La moindre des choses serait qu'elle travaille à La Réunion. 


 


Sa casquette de vice-présidente du Conseil Régional, ajoutée à sa mission d'ambassadrice, montrent à quel point le cumul de mandat ne peut
durer. Elle ne peut défendre aux mieux les intérêts de ses contribuables et travailler en même temps pour la coopération régionale dans la zone. 


 


L'écoute que devra avoir l'ambassadrice devrait être au-delà de notre organisation, si elle tient à s'entretenir avec nous, nous serions
prêts à travailler avec elle, car nous avons des propositions à lui faire.  Toutefois, son travail sera de s'entretenir avec l'ensemble de la classe politique, économique, sociale et
associative de l'île, pour mener à bien sa mission.  


 


Comme vous dites le chômage, la pauvreté et tout le système actuel deoit être revu et surtout modifié. On ne peut plus laisser la
situation s'enlisser sans rien faire. D'où l'importance de se rassembler et de mener la lutte. 


 


Salutations, l'équipe de l'AJFER-Nou Lé Kapab. 


 


P.S. A chacune de nos manifestations, mobilisations et interpellations, nous n'attaquons jamais les personnes, car nous respectons les
individus.