Publié par AJFER - Nou Lé Kapab

La Réunion subit une crise structurelle, issue de la départementalisation de 1946. Cette situation a créé des inégalités et conduit des milliers de réunionnais à la pauvreté, la précarité, l'illettrisme et le chômage.

 

La mise en place d'un modèle de développement, basé sur les importations, le secteur tertiaire, une politique des revenus inégale et un système éducatif ne prenant pas en considération les spécificités de la culture et l'Histoire de La Réunion, a conduit à la situation que l'on connait aujourd'hui.

 

A cette crise structurelle s'ajoute la crise conjoncturelle, venant de la crise économique et financière internationale, qui pèse sur la France et l'Union Européenne. Les politiques gouvernementales successives ne sont d'ailleurs pas parvenues à endiguer la pauvreté et le chômage à La Réunion. Pire, la situation s'est accentuée et va s'aggraver dans les années à venir. 

 

pencarte emploi

 

 

Comment un peuple peut évoluer et participer activement au développement de son pays, quand le principal fléau est le chômage? Au cours des trente dernières années, près de 80 mesures ont été mises en place pour lutter contre le chômage des jeunes. Mais le constat est alarmant. Le taux de chômage à La Réunion est passé de 24,8% en 2008 à 28,5% en 2012 (Insee). Aujourd'hui, plus de 166.700 réunionnais sont demandeurs d'emploi (Pôle Emploi). Chez les jeunes, le taux a explosé, passant de 49,3% en 2009 à 56,2% en 2012, en passant par un taux de 60% en 2011.

 

En dépit d'une cerrtaine amélioration des chiffres, ceux-ci sont en trompe l'œil, car en baisse en raison des contrats aidés. Des contrats précaires qui ne permettent pas aux jeunes de construire leur avenir. Pire ces contrats sont la base du clientélisme. Les dirigeants politiques usent de ce type de contrat pour peser sur les demandeurs d'emploi et leurs familles, à des fins électives.

 

A l'AJFER-Nou Lé Kapab, nous pensons qu'il est possible de changer le système et de mettre en place une politique, dont l'intérêt est le peuple réunionnais et non les intérêts particuliers. Nous pensons que le système politique actuel est sclérosé (cumul des mandats, clientélisme, luttes internes, ...) mais pour pouvoir changer les choses, il faut à un moment ou à un autre intégrer ce système pour le mettre face à ses contradictions.

 

Dès sa création, l'AJFER-Nou Lé Kapab sensibilise, informe et explique les raisons de son combat pour la Priorité à l'embauche des réunionnais et les raisons des injustices subies par des centaines de réunionnais chaque année, particulièrement dans l'emploi.

 

Notre rôle est d'alerter l'opinion publique et les responsables politiques des inégalités de traitement et des dangers d'une implosion sociale, si rien n'est fait pour permettre aux réunionnais d'accéder à l'emploi.

 

Notre lutte est possible par la solidarité, la fraternité et le respect entre chaque membre de l'association. Des valeurs indispensables au fonctionnement de l'organisation, car le respect des engagements et la solidarité portent toute organisation vers un but commun: le combat pour les réunionnais.

 

A travers la transmission des savoirs de nos anciens et de tout à chacun, qui a envie de partager son opinions et ses connaissances, nous parvenons à militer et mener chaque jour la lutte. Le partage et la discussion sont les maitres-mots de notre organisation. Raison pour laquelle, nous pensons que le rassemblement et les alliances associatives, syndicales et politiques sont nécessaires pour faire avancer notre lutte.

 

67926 576190295739174 1078140980 n

 

Tout au long de l'année 2013, l'AJFER-Nou Lé Kapab est parvenue à tisser des liens avec:

- des associations militantes comme GPX 974, Femmes Solidaires pour l'Emploi, Ac Chômage, les Indignés974, mais aussi le Comité de l'Appel de l'Ermitage, l'ARCP, la Coop' Solidaire, Eveil Réunion, ....

- des syndicats comme la CGTR Ports et Docks, ....

- des partis politiques comme le PCR, EELV, Alliance, LPA, ...

 

Notre objectif est de consolider ses relations et d'en créer d'autre, particulièrement auprès des associations de jeunes, de femmes, de consommation, de santé, .... et mouvements internationaux. 

 

Notre nous adressons à l'ensemble des associations et partis politiques progressistes, afin de débattre sur les défis à venir pour La Réunion (démographie, changement climatique, emploi, éducation et formation, culture et identité,... )

 

Tout au long de l'année 2013, nous avons pu échanger et débattre avec plusieurs responsables politiques à Paris, à Bruxelles et à La Réunion. Tous se sont accordés à dire que la situation de l'emploi à La Réunion doit être résolue, pour éviter à notre génération et celle à venir d'être sacrifiée sur l'autel des intérêts particuliers et d'un système capitaliste dépassé.

 

Des demandes ont été faites pour des subventions, des dons, des parrainages afin de mettre en place nos actions et de nouveaux projets. En effet, tout au long de l'année, nous avons réalisé plus d'une cinquantaine d'actions, plusieurs manifestations (20 mai, Kréolia, plusieurs tractages (St Joseph, Cumul des mandats), des communications (alternative au RSTA, Rapport Lebreton, GPX974, Contre la pauvreté, Alon kozé pour l'avenir de nout péi!).

 

Nous avons pu compter sur le soutien de certains hommes et femmes du monde politique, économique, associatif et syldical. Un soutien qui nous a permit de mener à bien nos activités en 2013 et celles à venir pour 2014.

 

logo-AJFER---NLKP-2014.png

Aujourd'hui, la situation est telle qu'elle conduit à des divisions fomentées par certains acteurs, qui protègent le système et le conforte. Nos outils de communication auront la tâche de dénoncer des injustices, mettre en avant la culture et l'identité réunionnaise, avec son histoire, son savoir-faire, son intellecte. Valoriser le peuple réunionnais, tout en l'informant de ce qui se passe ailleurs.

 

Car, pour nous, à l'AJFER-Nou Lé Kapab, l'important est de s'unir sur l'essentiel pour imposer le développement et l'égalité. L'union des réunionnais sera le seul moyen de changer les choses et par n'importe quels moyens. 

Commenter cet article