Publié par AJFER - Nou Lé Kapab

Lors de ce point presse, les membres de l'AJFER-Nou Lé Kapab ont réagit à la publication du rapport du député-maire de Saint-Joseph, Patrick Lebreton, missionné sur l'emploi des ultramarins dans leur territoire.

 

Conf-Presse-22012014--9-.jpg

 

A la lecture de ce rapport, Gilles Leperlier affirme qu'il s'agit là "d'un énième rapport", qui est "en contradiction avec celui de Jean-Marc Bédier" présenté à Nicolas Sarkozy en 2012. Des différences "de tailles" car "dans le rapport Lebreton, il est dit qu'il n'y a pas assez de jeune et de personne compétente à La Réunion pour occuper les postes disponibles" tandis que dans "le rapport Bédier, il est clairement dit qu'on est le seul territoire avec un vivier suffisant pour occuper tous les postes disponibles à La Réunion".

 

Dans le rapport de Patrick Lebreton, "il est dit aussi qu'il y a une incapacité à pouvoir identifier les personnes capables d'occuper les postes disponibles à La Réunion". Pour Gilles Leperlier et les membres de l'AJFER-Nou Lé Kapab, "finalement, ce rapport manque d'ambition et de volonté politique. On reste dans les intentions mais il n'y a pas de résultat".  "Ce rapport est très loin de répondre à la situation" a affirmé Gilles Leperlier, évoquant les 5 mesures principales du député-maire Patrick Lebreton qui "ne remettent pas en cause le système".

 

Des mesures floues

 

Les "15 premières propositions sur 25 tournent autour du fait qu'il n'y a pas assez de jeune formé à La Réunion pour occuper les postes, et face à cela, il propose de mettre en place des formations, des observatoires, des instituts alors qu'il ne manque pas de jeunes formés et diplômés à La Réunion". Enfin, les 10 dernières propositions concernent les fonctionnaires ultramarins, dont les policiers, avec la question des mutations. "Ce sont les seuls éléments positifs du rapport parce qu'il y a un ciblage fait sur les fonctionnaires qui veulent rentrer à La Réunion et ne le peuvent pas", mais "il n'y a pas de proposition claire pour qu'ils puissent rentrer maintenant", a déploré Gilles Leperlier.

 

Concernant le retour à l'ancienneté de la demande, "il est possible de faire un décret pour permettre de revenir sur l'ancien système", mais le point d'orgue est "le manque de volonté d'harmoniser le système" des bonus dans l'éducation nationale pour toute la fonction publique. Cette "harmonisation" permettrait d'"arrêter de faire du cas par cas".

 

 

Globalement, "ce rapport est destiné à l'élite domienne et aux cadres et non à l'ensemble de la population réunionnaise". Le président de l'AJFER-Nou Lé Kapab a réaffirmé que "ce rapport ne change pas le système", d'autant plus qu'au moment où "ce rapport était en train d'être dessiner, on nommait encore des gens de l'extérieur à des postes à responsabilité". Une situation due au "choix du gouvernement" pour Gilles Leperlier. Ce dernier a pointé du doigt la responsabilité des dirigeants d'aménager le système actuel et non de permettre aux réunionnais d'accéder à l'emploi pérenne, a laissé entendre le président de l'AJFER-Nou Lé Kapab.  

 

Témoignages - 22 janvier 2014 

Commenter cet article