Publié par AJFER - Nou Lé Kapab

Cela fait maintenant deux semaines que le personnel de la SERMAT se mobilise pour le maintien des emplois et la réintégration de la maintenance au sein du GIE.

 

A l’occasion de leur Assemblée Générale ce Mercredi 16 Mai 2013, et dans le cadre de la lutte menée pour la priorité à l’embauche des réunionnais, l’Afjer-Nou Lé Kapab a souhaité apporter sa solidarité envers l’ensemble des travailleurs et des grévistes du Port par sa présence. Invité par la CGTR « Ports & Docks » et plébiscité par les organisations présentes, notre président Gilles LEPERLIER, dans une intervention affirme que « le combat d’aujourd’hui est un exemple que nous donnons aux Réunionnais et aux jeunes formés et capables d’occuper des postes à responsabilités, souvent pris par les personnes de l’extérieur ».

 divers-8168.JPG

Rappelant le contexte, ce dernier a insisté sur le fait qu’il « faut continuer la bataille sur l’emploi des réunionnais en menant la lutte parce que cette situation ne peut plus durer ».

 

La Réunion est le département de France le plus touché par son chômage de plus de 30% et de plus de 60% chez les jeunes. Se remémorant la situation actuelle, déplore aussi : « mais derrière, il y a des familles qui se sont sacrifiées pour envoyer leurs enfants à l’école et avoir des diplômes, mais ces jeunes restent à terre ». 
Gilles Leperlier a dénoncé un système qui « ne favorise pas le réunionnais. Il faut que les Réunionnais puissent travailler à La Réunion. Nou lé kapab pou nout péi ! Faut se rassembler sur l’essentiel qui est l’emploi » a conclut le président de l'AJFER-Nou LéKapab. 

 

En appelant ainsi à l’unité, L’Ajfer-Nou Lé Kapab réitère donc son appel au rassemblement du 20 Mai pour la priorité à l’embauche des réunionnais. RDV devant la Préfecture à 10 heures.

 divers-8181.JPG

Les organisations présentes se disent « en phase avec l’Ajfer » et suivront donc le mouvement en clamant leur présence lundi prochain aux côtés des jeunes.

 

Dans ce conflit entre patronat et syndicalistes, personne ne lâche. Pour l’heure, la bataille en est à son ultime négociation. 

Commenter cet article