Publié par AJFER - Nou Lé Kapab

A) Rénovation des filières BEP/CAP

 

Un bref regard sur la courbe de ceux qui sont le plus touchés par le chômage montre que les diplômés d'un CAP/BEP à La Réunion ont, à peu de chose près, le même taux de chômage que les non-diplômés! Cette filière, qui regroupe la plus forte concentration de jeunes, mérite une profonde rénovation.

 

Cette rénovation devra prendre en compte les métiers les spécificités, être innovante et adaptée à situation de notre pays comme les métiers de la mer, de l'environnement, des énergies renouvelables. Il existe des CAP pêche en France et pas ici alors que nous sommes une île! Il y plus de chauffe-eau solaire sur notre seul petit territoire que sur l'hexagone en entier, pourtant il n'y a pas de formation « saloriste » ici!...

 

B) Recrutement local

 

La Réunion connaît une crise de l'emploi sans précédent. Nous avons des milliers de jeunes diplômés sans emploi et encore plus de jeunes non diplômés dans une situation plus grave encore. Nous sommes au bord de l'asphyxie, pouvons nous nous autoriser le luxe de recruter ailleurs quand la main d'oeuvre existe et est sans emploi?

 

Il est temps d'arrêter  cette injustice. Un parent peut-il décemment donner à manger aux autres quand ses propres enfants meurent de faim? Comme l'a souligné le président en Guadeloupe, comme cela se fait en Guyane, il faut désormais recruter en dehors dans le seul et unique cas ou il n'y aucun indigène qui soit en mesure d'exercer le métier désigné.

 

C) Création de filières innovantes

 

Il faut désormais des filières en lien et en adéquation avec les besoins de La Réunion et à tous les niveaux d'étude. Des filières nécessaires mais aussi attractives et cela dans trois grands domaines :

 

  1. L'environnement : les énergies renouvelables (le solaire, la biomasse, l'éolien, la géothermie,...), la valorisation des déchets, l'écologie (protection, valorisation, connaissance des forêts, étude de la bio-diversité...), connaissance des plantes médicinales...
  2. L'aide à la personne (plus de filières petite enfance, d'aide aux personnes âgées ou handicapées, connaissance approfondie de ce public).
  3. Le développement de la coopération régional : développer la mobilité et les échanges de connaissance avec les pays de la zone, notamment dans le domaine de l'agriculture et de la pêche. 

Commenter cet article