Publié par AJFER - Nou Lé Kapab

L’AJFER-Nou Lé Kapab, la CGTR, l’ARCP, La Réunion Debout… : une trentaine de personnes ont manifesté hier devant l’Agorah, dans la cour de l’ancienne usine de la Mare. Une mobilisation qui fait suite aux manifs entamées il y a six mois pour refuser l’embauche de Mireille Rius, une métropolitaine en poste en Guyane, à la direction de l’Agorah.

 

"On veut des réponses claires sur la relance de la procédure. On ne peut plus attendre. La situation est grave", lâche Gilles Leperlier, président de l’AJFER-Nou Lé Kapab. Dans un courrier daté de dimanche, il a demandé une audience à Fabienne Couapel-Sauret. La vice-présidente de la Région et présidente de l’Agence pour l’observation de la Réunion, l’aménagement et l’habitat est présente au rendez-vous. Dans un premier temps, elle demande une délégation de quatre personnes "pour un dialogue constructif".

 

MOBILISATION-AJFER-LJX_2607_JIR_141845.jpg

"Huit", insiste Gilles Leperlier. S’en suit un ralé-poussé. "Je suis la présidente d’un conseil d’administration. Je suis garante de la sérénité des salariés. Je ne veux pas qu’il y ait des débordements", déclare la présidente de l’Agorah. "On n’est pas des sauvages", tempête Yves Grondin de la CGTR. La délégation finit par obtenir gain de cause et entre en salle de réunion. Lors d’un entretien d’une trentaine de minutes, Gilles Leperlier demande une date précise sur la relance de la procédure pour l’embauche du directeur ou de la directrice de l’Agorah. "La fiche de poste sera communiquée prochainement, c’est une question de jour", annonce la présidente. "Dans moins d’une semaine", promet-elle enfin. Avec une diffusion la plus large possible. "À égalité de mérite, on privilégiera l’embauche de locaux. C’est l’orientation du président de la Région", explique Fabienne Couapel-Sauret.

 

MOBILISATION-AJFER-LJX_2659_JIR_141845.jpg


"On doit faire du chemin pour l’intérêt de la Réunion", insiste Max Banon, de la CGTR. "Trop souvent, quand quelqu’un quitte son poste, il dit j’ai un ami qui a le profil et l’ami arrive de métropole pour prendre sa place. Si on veut continuer à vivre paisiblement ici, chacun doit faire un effort", souligne M.Gustave de l’Association "La Réunion debout". "Entre 10 ans d’expérience en métropole et 10 ans d’expérience ici, qui est le plus compétent ?", interroge Béatrice Leperlier, de l’AJFER. Le jury appréciera. Le jeune Hassan Issabhaï, 27 ans, titulaire d’un Master DDAT (Développement Durable et Aménagement du territoire) et d’un Master Recherches et Géographie urbaine obtenus à l’Université de la Réunion, affirme qu’il a déjà postulé à l’Agorah mais qu’il n’a jamais eu de réponse de Mme Couapel. Il dénonce "l’absence de transparence" dans les embauches. La délégation promet de rester vigilante."Si nous n’avions pas mené la lutte, nous aurions aujourd’hui une personne extérieure à la tête de l’Agorah", a souligné Gilles Leperlier qui a qualifié de "victoire" cette mobilisation. 


J.P-B. Clicanoo.re. 1er novembre 2012

Commenter cet article