Publié par Nou Lé Kapab (AJFER)

Photo IPR (www.ipreunion.com)

Photo IPR (www.ipreunion.com)

Ce mercredi 10 juin 2015, une délégation d'enseignants et de l'association Nou Lé Kapab a été reçue par le Secrétaire Général et la Directrice de Cabinet du Rectorat de La Réunion. Le collectif a enfin pu obtenir des données chiffrées sur la situation des mutations dans l'Académie.

Depuis plusieurs semaines, l'Association Nou Lé Kapab et les enseignants du second degré se battent pour un système de mutation des enseignants plus juste et moins opaque. ​Après le rassemblement du 15 mai dernier à Saint Paul, les enseignants et l'association Nou Lé Kapab se sont rendus au Rectorat afin​ de récolter les chiffres exacts de l'Académie de La Réunion sur les mutations à la prochaine rentrée scolaire. Des données qui confirment la nécessité de réviser un système de mutation pénalisant pour les Réunionnais.


Sur la question des mutations des enseignants vivant à La Réunion...
- 169 professeurs stagiaires qui ont demandé une affectation à La Réunion ne l'ont pas obtenue.
- Sur ces 169 professeurs, 124 ont demandé une révision de leur affectation au Rectorat de La Réunion.
Après examen de leur situation, le Rectorat a transmis 52 avis favorables.

L'académie va accueillir 397 enseignants entrants à la prochaine rentrée. 97% d'entre eux ont obtenu les "1 000 points" proposés par le système actuel de mutation.
Comme précisé à plusieurs reprises par l'association, cela ne signifie pas obligatoirement que ces personnes sont originaires de La Réunion.
Une personne de l'extérieur peut facilement obtenir les "1000 points", par un PACS, une boite aux lettres, une location dans l'île, un abonnement mobile...
Les dérives sont nombreuses et viennent biaiser le système qui finit par pénaliser les Réunionnais.

Sur ces 397 enseignants entrants, combien ont effectué leur scolarité obligatoire à La Réunion ? Combien ont des parents originaires de l'île ? Nou Lé Kapab propose des critères clairs et bonifiés afin de rétablir une égalité réelle face aux mutations. Des critères qui ne pénaliseraient pas les Réunionnais et ne fermeraient pas la portes aux personnes venues de l'extérieur et qui souhaitent s'investir à La Réunion. (Voir proposition jointe).



Enfin, l'association et les enseignants dénoncent le manque d'accompagnement des personnes mutées en hexagone qui ne reçoivent aucune aide financière et aucun suivi de leur affectation par l'Académie de La Réunion.

Commenter cet article