Publié par Nou Lé Kapab

Embauches extérieures, baisse des moyens... La CGSS de La Réunion au bord de l'implosion !

Depuis plusieurs semaines, la tension monte à la CGSS de La Réunion. Embauches extérieures, baisse des moyens matériels et humains, pressions morales... La "caisse", comme on l'appelle, est au bord de l'implosion. Les employés n'identifient qu'un seul responsable : le nouveau directeur débarqué il y a tout juste deux ans à La Réunion.

Que se passe-t-il à la CGSS de La Réunion ? Depuis plusieurs semaines, des voix s'élèvent pour dénoncer les choix de son nouveau directeur arrivé en 2013. Les revendications sont multiples. En ligne de mire, l'embauche de cadres venus de l'extérieur. D'après l'intersyndicale ou encore de l'"ARCP/Rézistanz", ils sont 10 a avoir été recrutés depuis 2013. Toute l'équipe de direction aurait ainsi été rafraichie avec une dizaine de collaborateurs, dont aucun n'est issu du territoire. Le directeur de la CGSS défend le fait "qu'il n'y avait pas de compétences localement, que ce soit pour une promotion interne ou par le Pôle Emploi". Difficile de croire que dans les 176 000 demandeurs d'emploi que compte notre île, personne n'aurait pu occuper ces postes.

Dix cadres recrutés directement de métropole

Les syndicats, eux, dénoncent clairement une politique de copinage. Dans un tract distribué en interne intitulé "Les copains d'abord,... le reste je m'en fous!", on peut y lire que le "budget des salaires de direction explosent" et que "l'enveloppe budgétaire de la CGSS sert à rémunérer les salaires de ces agents de Direction, leurs déplacements vers la Métropole et le reste du Monde ainsi que les séminaires assortis de parties de golf". Enfin, dans ce même tract, on apprend qu'un autre candidat est pressenti pour l'agence du Port et que ce futur cadre est tout simplement un ex-maire d'une commune de Métropole. Le ton est donné!

Suppression brutale des vigiles aux accueils

Ensuite, il y a la baisse des moyens matériels et humains. Dans un autre tract interne de l'intersyndicale, on apprend que les vigiles censés assurer la sécurité des agents d'accueil et des visiteurs ont été "supprimés" brutalement par la direction générale. Conséquence, sur les 3 derniers mois, 33% des déclarations d'accidents de travail ont été établies suite à des agressions de la part d'usagers à l'accueil". Aussi, "l'accès aux consommables (papier, encre,...) est de plus en plus rationné et restreint, provoquant des situations de pénurie et des retards dans les traitements des dossiers des usagers". Bref, un traitement à deux vitesses, avec d'un côté, les largesses de la direction générale (séminaire, voyage, déplacement en hélicoptère,...) et de l'autre, une pression sur les agents à qui on demande de faire plus avec moins, toujours d'après les syndicats de la CGSS.

La situation est plus qu'alarmante, les employés sont excédés, le dialogue semble rompu... Malheureusement, ces dérives du service public impacteront une fois encore les usagers et toute la population réunionnaise.

Commenter cet article

hugo 07/05/2015 20:22

Pour la moitie dr leur revenu a ces cadres je me met a la dispo de la cgss